Franc-maçonnerie et compagnonnage

Blondel Jean-François

Si le Compagnonnage est souvent comparé à la Franc-maçonnerie, beaucoup de points l'en éloignent. Comme cette dernière, le Compagnonnage a des rites de réception, des légendes fondatrices et des symboles. Mais il est avant tout une société
Lire plus...
Si le Compagnonnage est souvent comparé à la Franc-maçonnerie, beaucoup de points l'en éloignent. Comme cette dernière, le Compagnonnage a des rites de réception, des légendes fondatrices et des symboles. Mais il est avant tout une société initiatique de métiers : par la confection d'un chef-d'œuvre, reflet de lui-même, le compagnon va donner un sens à sa vie. Nous ne connaissons véritablement les compagnonnages et leur histoire que depuis 1838, avec les écrits d'Agricol Perdiguier. Jusque-là, nous n'avions que des récits légendaires. Si la Franc-maçonnerie se réclame aujourd'hui d'un lointain passé opératif , et, comme le Compagnonnage, se déclare être l'héritière des bâtisseurs de cathédrales , elle est une société à caractère spéculatif, où, par la réflexion sur les symboles, le Maçon va se construire intérieurement. Les deux sociétés ne se sont jamais rencontrées. Cependant, au XIXème siècle, des compagnons, de leur initiative personnelle, ont été reçus en Franc-maçonnerie, et ont rapporté dans leurs rites des symboles lui appartenant. Aujourd'hui, le Compagnonnage est classé au Patrimoine mondial culturel immatériel par l'Unesco, honorant cette société d'hommes de métiers qui a su, au fil des siècles, s'adapter aux derniers progrès de la technologie moderne.
Si le Compagnonnage est souvent comparé à la Franc-maçonnerie, beaucoup de points l'en éloignent. Comme cette dernière, le Compagnonnage a des rites de réception, des légendes fondatrices et des symboles. Mais il est avant tout une société initiatique de métiers : par la confection d'un chef-d'œuvre, reflet de lui-même, le compagnon va donner un sens à sa vie. Nous ne connaissons véritablement les compagnonnages et leur histoire que depuis 1838, avec les écrits d'Agricol Perdiguier. Jusque-là, nous n'avions que des récits légendaires. Si la Franc-maçonnerie se réclame aujourd'hui d'un lointain passé opératif , et, comme le Compagnonnage, se déclare être l'héritière des bâtisseurs de cathédrales , elle est une société à caractère spéculatif, où, par la réflexion sur les symboles, le Maçon va se construire intérieurement. Les deux sociétés ne se sont jamais rencontrées. Cependant, au XIXème siècle, des compagnons, de leur initiative personnelle, ont été reçus en Franc-maçonnerie, et ont rapporté dans leurs rites des symboles lui appartenant. Aujourd'hui, le Compagnonnage est classé au Patrimoine mondial culturel immatériel par l'Unesco, honorant cette société d'hommes de métiers qui a su, au fil des siècles, s'adapter aux derniers progrès de la technologie moderne.
19,00 €

En stock

OU

ÉDITION  : Trajectoire / RÉFÉRENCE  : 57902 / ISBN  :  9782841977031 / FORMAT : 15 x 24 cm / NOMBRE DE PAGES  :  272 / DATE DE PARUTION  :  09-05-2016


L’auteur

blank-notre

Blondel Jean-François

Engagé depuis longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles, Jean-François Blondel a tout d’abord étudié les initiations de métiers à travers le compagnonnage. Il a ensuite abordé le symbolisme architectural et s’est intéressé à la construction des cathédrales : ''Le Moyen Âge des cathédrales'' et Le symbolisme de la pierre à travers l'histoire' aux éditions Trajectoire. Il est également l’auteur de nombreux articles dans des revues traditionnelles telles que « Compagnons & maîtres d’oeuvre », « Les Cahiers Villard de Honnecourt » et « Liber Mirabilis ». Il a écrit un conte alchimique : « Le secret d’alchimie », publié aux éditions Liber Mirabilis, à Carcassonne, qui lui a valu le prix Liber Mirabilis 2008.'